Valtournenche en Val d'Aoste

 

La "desarpa" le 29 septembre 2012

 

Suite à l'ascension du Cervin, courant août, j'ai reçu une invitation pour la fête annuelle des amis de cette montagne mythique qui avait lieu le lendemain de "la desarpa".

 

La desarpa correspond à notre "démontagnée", lorsque le bétail redescend dans la vallée avant que la neige ne recouvre les alpages, après quelques cent jours environ où le lait issu de la flore d'altitude permet de produire un fromage de qualité.

 

Avec mes compères d'ascension, nous sommes donc venus la veille pour assister à cette fameuse desarpa qui me rappelle les retours de ma jeunesse, quand les vaches traversaient les villages de notre commune, passant successivement par Moriond, Courchevel 1550, le Praz, jusqu'à Saint Bon.

 

J'ai toujours le souvenir d'un certain émerveillement et l'étonnement renouvelé de voir chaque bête se désolidariser du troupeau, à sa propre initiative, pour rejoindre son étable après tant d'absence.

 

A Valtournenche, le retour dans la vallée est toujours une grande fête pour nos amis valdotains, lesquels conservent une robuste agriculture et de grands troupeaux

 

Dès le matin, le village s'agite car la population participe à cette joie du retour. Les belles valdotaines revêtent leurs jolis habits traditionnels et les guides de la "Société des guides du Cervin", fondée l'année de la première ascension en 1865, arborent fièrement leurs costumes de flanelle beige, coiffés d'un chapeau orné de la plume du coq de bruyère.

 

Tout ce beau monde se masse, avec différentes associations en amont du village, et malgré la pluie, le défilé s'engage dans une bonne humeur générale à l'arrivée du bétail. On perçoit la fierté des éleveurs devant leurs "reines" fleuries, ces maîtresses vaches qui entraînent les troupeaux dans un grand concert de sonnailles.

 

Les Photos et vidéos vous donneront un aperçu de cette belle fête.

 

Dans l'après-midi, la fête se poursuit  par un combat de vaches en vu de désigner la "reine" de l'alpe de Valtournenche, celle qui sera digne de représenter la vallée lors de la grande finale à Aoste.

 

Les combattantes se comportent un peu comme des taureaux, en grattant le sol de leurs sabots avant d'engager les hostilités. A la différence de ces messieurs, les combats désignent celle qui prend le dessus, mais se terminent toujours sans blessure par l'abandon de la plus faible.

 

                                                                                                          Louis Blanc

 

 toutes les photos 

 

 toutes les vidéos

20120929-La "desarpa" à Valtournenche